Qualité

La confection des bâtons s’effectue avec la plus haute qualité de bois disponible sur le marché. Uniquement des billots ayant une bonne qualité et robustesse sont utilisés. Ils sont sélectionnés pour la droiture et la linéarité de leurs grains afin de maximiser la dureté et la résistance du bâton. Ils sont confectionnés avec minutie et inspectés soigneusement. Il en ressort une qualité qui est largement reconnue auprès de ses utilisateurs.

Sachez qu’il y a six facteurs qui peuvent influencer directement la durée de vie et la qualité d’un bâton.

  1. L’essence du bâton: Dans la MLB on retrouve essentiellement trois essences qui de part leurs caractéristiques inhérentes respectent les exigences de la ligue. Il s’agit du frêne, de l’érable et du bouleau jaune. Le frêne est reconnu pour sa flexibilité (le feeling) lors du contact, mais sa dureté et sa résistance à l’impact est faible. L’érable offre la meilleure dureté, mais sa flexibilité est médiocre. Le bouleau jaune offre la meilleure des deux alternatives, car il est plus dur et résistant que le frêne et nettement plus flexible que l’érable. La relation dureté-flexibilité font de cette essence la plus résistante à l’impact.
  2. La densité du boisPlus le bois est dense, plus il est résistant à l’impact. À cette effet, TBF utilise que du bois dont la densité est supérieure à 0,690 g/cm3, ce qui est directement en relation avec les plus hauts standards de l’industrie.
  3. La pente du grain: TBF utilise que du bouleau jaune à grain droit, c’est-à-dire que la déviation du grain est inférieure à 3 degrés selon la norme: 2009 Bat supplier regulations for MLB. Une pente supérieure à 3 degrés fragilise le bâton.
  4. La vitesse de l’impact: Il va de soi que la vélocité des lancers ainsi que celle de l’élan du frappeur (bat swing) influence considérablement la durée de vie des bâtons. Bien entendu, on brisera davantage de bâtons à partir du niveau Midget (15 ans et plus) que dans les classes plus jeunes (bantam, pee-wee, etc)
  5. La localisation de l’impact: Le point de contact le plus faible sur un bâton se retrouve ordinairement à plus ou moins 16 pouces du bout du baril. Un frappeur souvent  « menotté » cassera  davantage de bâtons que celui qui fait toujours contact sur le sweet spot du baril.
  6. Les variations du taux d’humidité: L’aptitude que possède le bois à absorber l’humidité provoque des changements dimensionnels (retrait ou gonflement). TBF utilise du bois dont la teneur en humidité se situe entre 6 et 9% grâce à un procédé de séchage sous vide en absence d’oxygène. Cette étape permet de détecter les défauts relatifs au retrait de l’eau dans le bois (fentes, craques, gauchissement, etc), s’il y en a. Une fois séché le bâton ne changera pratiquement plus de dimension. Il en demeure toutefois que vous devez entreposer convenablement votre bâton à un endroit ou le taux d’humidité se situe entre 30 et 60%.